St. Nicholas Abbey

Un voyage à la Barbade

Simon Warren est un garçon blond avec un regard légèrement rêveur. Il nous fait visiter l’ancien moulin et nous montre les différentes étapes du processus de fabrication du sucre. Il est si fier de la distillerie familiale qu’il s’aventure même à prononcer quelques mots en italien, fouillant dans les souvenirs d’on ne sait quel voyage en Europe.
St. Nicholas Abbey Barbados

St. Nicholas Abbey Barbados | Photo par P.L. Paolini

Son père, architecte et homme éminent de la haute société barbadienne, a acheté St. Nicholas Abbey en 2006 et a maintenu la tradition du propriétaire précédent d’ouvrir au public les portes de cette magnifique résidence, dont l’origine remonte à pas moins de 1658.
St. Nicholas Abbey Barbados

St. Nicholas Abbey Barbados | Photo par P.L. Paolini

Le manoir se dresse avec sa façade blanche à trois pignons au centre d’un domaine qui, entre les dépendances et les bâtiments annexes, mesure quelque 160 hectares. À l’intérieur, des meubles d’époque originaux, des tableaux, des bibelots et des bibelots, tout est très britannique. Un chat noir et blanc se faufile dans la salle à manger, sous la table garnie de céramiques fines et de cristaux ; nous sommes dans un musée mais l’impression est celle d’une maison qui vit sa propre vie. Un spécimen majestueux de sandbox tree, au tronc couvert de grosses épines, dont on nous dit qu’il a quatre cents ans, fait bonne figure dans la cour intérieure, d’où l’on accède au jardin d’herbes et de fleurs. Un jardin anglais, bien sûr. Pas du tout, ici les parterres sont disposés selon une symétrie très précise, et c’est ce qu’on appelle un jardin italien.
St. Nicholas Abbey Barbados

St. Nicholas Abbey Barbados | Photo par P.L. Paolini

  freccia rossa Speightstown

Les commentaires sont fermés